Astuces Naturelles

9 grands remèdes oubliés de la médecine amérindienne

Les remèdes amérindiens soignent de nombreuses maladies !

Quand il n’y avait pas encore de médecins ni de médicaments, les différentes tribus amérindiens utilisaient les fruits et les plantes pour soigner les maladies. À la grande surprise des colons, les traitements naturels des guérisseurs autochtones venaient à bout des affections même les plus complexes. De l’accouchement à l’asthme, en passant par le diabète, le rhum et les blessures… à chaque problème de santé, ils faisaient appel aux vertus thérapeutiques des plantes médicinales. Aujourd’hui, ces remèdes ont de quoi défier la médecine moderne. Comme toutes les personnes lassées des pilules et des piqûres, essayez la thérapie des Amérindiens !

1.Le sarrasin

1

Pour stopper l’hémorragie après l’accouchement, les Amérindiens ont eu recours aux bienfaits du blé noir. Également appelée sarrasin, cette plante est utilisée pour fabriquer de la farine. Comestible, elle s’emploie en infusion afin d’arrêter le saignement après la naissance. Cette pratique naturelle a été utilisée par les femmes de la tribu Hopi de l’Amérique du Nord. Dans d’autres tribus, les femmes d’Arikara buvaient un jus des baies d’açaï pour stopper l’hémorragie du post-partum. Quant aux Omahas, ils ont fait appel aux vertus des fruits de rhus ou sumac.

2.Le cerisier de Virginie

2

La médecine traditionnelle amérindienne a profité de toutes les propriétés thérapeutiques du cerisier de Virginie. Ce dernier faisait partie des remèdes naturels à tous usages des Autochtones. Ils utilisaient les baies de cette plante pour soigner différentes maladies, dont la grippe, la toux, les nausées… En les appliquant comme un baume, elles peuvent cicatriser rapidement les plaies et blessures. Cependant, leurs noyaux sont toxiques alors, il faut les enlever avant tout usage interne ou externe.



3.La cataire

3

Chataire, cataire ou encore herbe aux chats, il y a autant d’appellation pour designer cette plante aromatique utilisée par les guérisseurs amérindiens. Comestibles, les feuilles de cataire sont des remèdes efficaces et rapides pour soigner les coliques des tout-petits. Il suffit de les mettre dans de l’eau bouillie pour en faire un thé et de donner le breuvage au bébé. Aujourd’hui encore, cette plante médicinale vient à bout d’autres maux, notamment les troubles de sommeil et les maladies nerveuses.

4.Le pin blanc

4

Savez-vous qu’il est possible de traiter les épidémies par le pin blanc ? Bien avant l’arrivée des colons européens, les Amérindiens l’employaient pour soigner la toux et le rhume. Pour la préparation, ils utilisaient l’écorce interne de cet arbre pour faire un thé, et ils le buvaient tout de suite. Dans cette lignée de remèdes contre les maladies épidémiques, il existe aussi le traitement par les racines des salsepareilles préalablement séchées et mariées avec des racines d’acores.

5.La carotte sauvage

5

Avant l’invasion des étrangers, les Amérindiens ignoraient encore les vertus de la carotte sauvage. Pourtant, ce légume fait partie de leur alimentation régulière. Ce n’est que plus tard qu’ils ont découvert que les feuilles de la carotte sauvage peuvent prévenir et soigner le diabète, une maladie introduite par les Européens. Pour la préparation, il faut plonger les fleurs dans de l’eau chaude pour en faire une boisson et la boire de temps en temps.



6.Le géranium

6

S’il enchante les jardins et les balcons en été, le géranium peut aussi soigner la diarrhée. Cette fleur de la famille des géraniacées était un remède très prisée dans les tribus de Chippewa et d’Ottawa. Comme eux, vous pouvez éviter les malaises de ne plus sortir des toilettes en utilisant la fleur entière en infusion. Par ailleurs, le traitement de la diarrhée par des plantes se répandait dans différentes tribus qui emploient leur propre remède. Il en est ainsi des Mohegans qui font appel, à leur tour, aux vertus de la mûre sauvage mélangée à la merise noire pour remédier la dysenterie.

7.Le pissenlit

7

Plante médicinale à multiples usages, le pissenlit a été l’un des favoris des Amérindiens. En effet, il permet de soigner les problèmes digestifs et la fièvre. Dans les deux cas, il faut faire bouillir ses feuilles dans l’eau et laisser refroidir quelques minutes pour ensuite boire afin de calmer les symptômes. Les bienfaits du pissenlit ne s’arrêtent pas là, et les spécialistes le savent, puisque cette plante est aujourd’hui utilisée dans le traitement des maladies de foie et des reins.

8.Le piment de Cayenne

8

Les guérisseurs traditionnels amérindiens trouvaient dans le piment de Cayenne de nombreux avantages sur la santé. Ils l’utilisaient pour soigner les troubles digestifs et pour traiter l’arthrite. Si vous voulez en faire autant, sachez que ses gousses peuvent se marier avec d’autres aliments ou avec des boissons. En poudre, le piment de Cayenne fait appel à ses propriétés antiseptiques et anesthésiques pour soigner les plaies tout en diminuant la douleur.



 9.La cire d’abeille

9

Qui d’entre vous ne connait pas encore les propriétés thérapeutiques de la cire d’abeille ? Même les Indiens savaient que celle-ci peut soigner les brûlures, les piqûres d’insectes et d’abeilles. Néanmoins, il faut l’employer seulement à usage externe. À la différence de la cire, le pollen d’abeille est comestible. Vous pourrez le digérer avec d’autres aliments pour optimiser votre énergie, pour améliorer le processus de digestion et pour booster les défenses immunitaires.

Score : 4.4 - 67