Santé

14 conseils pratiques pour limiter les fuites urinaires



Vaincre les fuites intempestives et gênantes en 14 conseils !

Les troubles de l’incontinence urinaire peuvent toucher aussi bien les hommes que les femmes. Toutefois, c’est la gent féminine qui est majoritairement concernée. Gênantes et parfois même handicapantes, les fuites urinaires restent un sujet difficile à exprimer, à la limite du tabou. Mais ce n’est point une fatalité, car il existe des solutions qui peuvent être pratiquées au quotidien pour prévenir et pour diminuer leurs effets néfastes.

1.Prévenez le surpoids

shutterstock_157426484

Selon les spécialistes en urologie, quand on affiche un indice de masse corporelle (IMC) supérieur à 25, on est plus exposé au risque de contracter les troubles de l’incontinence. En effet, le surpoids peut entraîner une pression additionnelle et constante sur la vessie. En même temps, les muscles du plancher pelvien sont plus sollicités et rendus plus faibles.

2.Luttez contre la constipation

Best-Home-Remedies-For-Constipation

La constipation est connue pour ses conséquences aggravantes de toutes fuites urinaires. D’une part, les matières fécales s’accumulent pour former un bloc qui peut compresser la vessie ; et d’autre part, les efforts de poussée que la constipation entraîne sont dommageables pour le périnée. Il faut alors favoriser une alimentation plus riche en fibres telles que les céréales complètes, les fruits et les légumes, notamment la framboise, le cassis, les noix de coco, l’amande, le haricot vert, l’épinard cru, le poireau…



3.Dispensez-vous des sports intensifs

Young beautiful woman during fitness time and exercising

La pratique soutenue d’activités physiques qui sollicitent effrénément les muscles abdominaux est à bannir, car ça peut avoir des retentissements sur le périnée. Les sports qui exigent des sauts continuels ou intermittents sont aussi à écarter. Néanmoins, il est recommandé de faire des exercices spécifiques pour renforcer les muscles du plancher pelvien dès les débuts de toute forme d’incontinence, mais aussi et surtout après l’accouchement.

4.Dites non à la cigarette

shutterstock_193969547

Les méfaits du tabagisme sur le poumon ne sont plus à démontrer. La fumée peut générer une forme de toux chronique, et le fait de tousser occasionne des efforts musculaires au niveau du périnée. Plus la toux est tenace, plus l’effort est considérable. Ainsi, le tabac peut être à l’origine de l’incontinence urinaire, et peut réellement l’aggraver. D’autant plus que la cigarette peut aussi nuire à la micro-vascularisation et aux muscles.

5.Buvez de l’eau en abondance

grossesse-incontinence-urinaire1

Il faut s’hydrater régulièrement. Lorsqu’on ne boit pas suffisamment d’eau, l’urine s’en trouve plus concentrée et la vessie irritée, cela peut favoriser l’incontinence. De même que l’urine concentrée dégage une forte odeur, ce serait plus embarrassant si fuite il y aura. Le fait de boire abondamment va diluer tous les déchets que l’urine contiendra.



6.Évitez les boissons excitantes

incontinence_femme-e1428542458742-1100x561

Le café, le thé, les sodas, les alcools, les boissons énergisantes… sont à proscrire si on est sujet à des fuites urinaires. Ils augmentent intensément l’envie d’uriner, et ce, à tout instant. Il est donc nécessaire de limiter au moins leur consommation dans la journée.

7.Fuyez le stress

Insolite-plus-on-est-jolie-moins-on-est-stressee

Lorsqu’on est confronté tout le temps au stress, on a une envie omniprésente d’uriner, car il peut accroître le rythme cardiaque. De ce fait, l’organisme produit de plus en plus d’urines qui s’emmagasinent dans la vessie. Il agit sur le système nerveux autonome. Ce dernier perçoit au fur et à mesure des signaux qui incitent à aller aux toilettes fréquemment.

8.Prévenez les infections urinaires

1440092060216-recipeMainImagePath

Il existe des cas de complications d’infections urinaires qui peuvent provoquer une inflammation de la vessie. Celle-ci peut causer à son tour des envies urgentes et fréquentes d’évacuer l’urine. Comme prévention contre ces types d’infections, on peut recourir à un remède naturel : des cures de jus de canneberge. Cette baie présente des propriétés antibactériennes et anti-inflammatoires très favorables pour le système urinaire.



9.Soyez attentif aux effets secondaires de certains médicaments

7773849799_des-medicaments-illustration

Certains médicaments peuvent être à l’origine de l’incontinence urinaire ou l’aggraver. Des cas ont été relevés sur les personnes sous antihypertenseur ou antidépresseurs. Parfois de type diurétique, ces médicaments favorisent la sécrétion d’urine. Les myorelaxants et les somnifères provoquent aussi la détente des muscles, ceux du plancher pelvien peuvent en être atteints. L’avis d’un médecin est sollicité pour connaître leurs réels effets secondaires.

10.Apprenez à uriner correctement dès le jeune âge

h-4-1897680-1318076630-un-homme-qui-vous-plaît

Il n’est pas facile de déceler les troubles de l’incontinence dès le jeune âge. Il est alors plus que nécessaire d’apprendre aux enfants, surtout aux filles d’uriner correctement, d’une façon à ce qu’elles vident leur vessie complètement. La meilleure approche est de les laisser se détendre, de les encourager à relâcher leur périnée et en aucun cas, elles ne doivent pas forcer. Pour qu’elles n’aient pas à se retenir, on les laisse aller aux toilettes à leur guise.

11.Ayez recours aux protections si besoin

candice_ouverte2-z

Il ne faut pas laisser l’incontinence priver de toutes sorties. Certes, les troubles sont une source de gêne, et on peut s’isoler et éviter les sorties par peur que les autres ne le découvrent. Toutefois, elles ne doivent pas nuire à notre vie sociale, car il existe des protections ultras performantes qui sont tellement discrètes et passent parfaitement inaperçues. Certains modèles sont même capables d’absorber les odeurs. Au besoin, on peut toujours changer notre protection à plusieurs reprises dans une même journée.

12.Les cuissières à électrodes

Carousel_banner_product_500

Les cuissières à électrodes sont des dispositifs qu’on enfile sur les cuisses. Pourvus d’électrodes, ils provoquent des contractions du périnée en quelques minutes et permettent de retrouver le bon tonus des muscles pelviens au bout d’un certain temps. L’utilisation se fait cinq jours par semaine.

13.La chirurgie

Medicalexpo

La pose de « bandelette » est une petite intervention qui se fait sous anesthésie locale et qui consiste à introduite un petit implant par voie vaginale. Ce dernier presse l’urètre et affermit le sphincter urinaire. Très prisée, l’intervention ne nécessite qu’une demi-journée d’hospitalisation.

14.Les stimulateurs de vessie

vignette-focus-wide

Le stimulateur de vessie est l’ultime recours, là où toute autre méthode n’a pas fonctionné. Le pacemaker vésical est un dispositif électrique qui peut réguler le fonctionnement de la vessie. Il est très efficace. Cependant, l’opération est à renouveler tous les six mois. Néanmoins, la Sécurité Sociale prend en charge les frais de l’opération.

Score : 4.9 - 48