Santé

10 choses que vous ne savez pas sur l’endométriose

L’endométriose, une maladie peu connue !

Peu de personnes connaissent vraiment l’endométriose pourtant, c’est une maladie qui touche les femmes en âge de se reproduire, entre 25 et 35 ans. On parle de cette pathologie quand la muqueuse interne de l’utérus se retrouve en dehors et vient se loger sur les trompes, les ovaires et même la vessie, le vagin et l’intestin. Elle se manifeste par des crampes d’estomac, des douleurs intestinales et abdominales et des nausées que certaines femmes associent souvent à des règles douloureuses. Pour en savoir plus sur l’endométriose, lisez bien ce qui va suivre.

1.Les principales causes de la maladie

1

L’endométriose a pour origine des facteurs endogènes. Chez les femmes atteintes de la maladie, une fois sur dix, la génétique est évoquée. Mais elle apparaît également suite à des facteurs environnementaux et exogènes. Certaines substances chimiques et certains perturbateurs endocriniens comme les bisphénols A ou les dioxines peuvent pénétrer dans l’organisme et ainsi, perturber le système hormonal, c’est ce la qui favorise maladie.

2.Les signes de la maladie

2

Plusieurs signes peuvent révéler l’endométriose, et le premier est la douleur insupportable et intense pendant les menstruations. Elle ne part pas même après avoir pris un cachet et empêche de bouger et de se lever. En plus de ça, la maladie se caractérise aussi par des douleurs pelviennes, sciatiques et lombaires qui apparaissent avant ou après les règles. Notons aussi les douleurs constatées pendant les relations sexuelles qui impactent négativement sur la vie du couple.



3.Les victimes de la maladie

Miserable young female suffering of colicky pain in bedroom

Les chiffres annoncent qu’une femme sur dix souffre de l’endométriose, cependant, certaines études disent une femme sur sept qui équivaut à 15% des Françaises. En clair, plus de 3 millions de femmes en France sont atteintes de cette pathologie. Toutefois, elle survient rarement pendant les premières menstruations, 15 à 16 ans. Pour les adolescentes touchées par la maladie, vivre avec est très difficile, car elles souffrent et se sentent fatiguée sans connaître la raison.

4.Pourquoi est-elle si peu connue ?

4

L’endométriose est peu connue, car ses symptômes ne diffèrent pas vraiment des règles douloureuses. Aussi, pour les femmes, les sujets concernant les douleurs pendant les cycles menstruels sont tabous. D’ailleurs, lorsqu’elles vont chez le médecin, ce dernier fait rarement référence à l’endométriose. Néanmoins, les victimes de la maladie se sont rassemblées dans des associations, et les médias commencent à révéler davantage la pathologie. Mais également, grâce à Internet, les sites traitant l’endométriose sont nombreux.

5.Un diagnostic assez lent

5

Pour diagnostiquer l’endométriose, il faut patienter entre 7 à 9 ans. C’est triste, mais beaucoup se demandent pourquoi il faut autant de temps. La réponse est qu’on dit souvent aux jeunes filles que c’est tout à fait normal d’avoir mal lors des menstruations ou que les règles douloureuses sont juste des excuses. Alors, elles n’en parlent pas à leur médecin. Cependant, si on souffre vraiment pendant les règles et qu’on arrive même aux urgences pour avoir des calmants, les médecins pourront penser que c’est l’endométriose.



6.L’importance des examens

6

Pour infirmer ou pour confirmer le diagnostic de l’endométriose, il est nécessaire de faire des examens. Généralement, le corps médical prescrit un bilan complet avec toucher vaginal et échographie endovaginale. Cependant, il faut savoir que l’échographie pelvienne ne permet pas de détecter à 100 % la maladie. La meilleure façon d’avoir le cœur net est de se rendre chez un radiologue spécialisé de l’endométriose qui recommandera une IRM. Si ça peut réduire le temps de diagnostic, on n’hésite pas.

7.Une maladie qui se soigne très bien

femme couche qui souffre

Pour soigner l’endométriose, les patientes sont traitées en continu avec des pilules oestro-progestatives pour arrêter les saignements et la douleur. Si jamais, ce traitement ne marche pas, le médecin pourra prescrire des pilules à base de progestérone. Les statistiques affirment que la plupart des femmes qui suivent ces traitements sont satisfaites. Toutefois, sachez que ces médicaments n’éliminent pas la maladie, mais ils réduisent significativement les symptômes pour que les malades puissent vivre normalement.

8.Faut-il passer par la chirurgie ?

8

Vu que les traitements contraceptifs ne font qu’atténuer les symptômes, pour se débarrasser complètement de l’endométriose, le moyen le plus sûr est la chirurgie. Néanmoins, il faut savoir que l’opération est lourde. C’est aussi pour cette raison que la chirurgie est recommandée en dernier recours. Aussi, il faut ingurgiter des mois avant l’opération des traitements hormonaux et procéder par un bilan préopératoire incluant une IRM, un scanner du côlon ainsi qu’une échographie pelvienne et du rectum. Tout ça est nécessaire pour savoir si l’endométriose ne s’est pas propagée.



9.L’endométriose et la fertilité

9

Il y a un lien direct entre la fertilité et l’endométriose. Les statistiques le prouvent, 40 % des femmes qui n’arrivent pas à avoir un enfant ont été, au final diagnostiquées d’endométriose. Cependant, ça ne veut pas dire que chaque femme qui souffre de cette maladie aura des difficultés à enfanter. Ce qui est certain, c’est que cette pathologie n’aide pas dans la conception d’un enfant. D’ailleurs, les problèmes de fertilité peuvent être réglés si le diagnostic ne tarde pas trop longtemps.

10.Un soulagement à la ménopause

10

Lorsqu’on souffre d’endométriose, l’arrivée de la ménopause est la fin des calvaires. Mais, il ne fait pas crier victoire trop tôt, car les dommages sont encore présents. Donc, il est nécessaire de faire des contrôles et si besoin d’enlever les kystes endométriosiques de l’ovaire qui peuvent être à l’origine du cancer ovarien. Notez que les kystes favorisent le risque de cancer de l’ovaire par 1,5.

Score : 4.3 - 74